Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En continuant votre visite, vous acceptez l'utilisation de nos cookies. Obtenir plus d'informations Fermer
Votre navigateur n'est pas supporté. Certaines fonctionnalités peuvent ne pas fonctionner correctement. Veuillez consulter la liste des navigateurs supportés pour une expérience optimale. Fermer

Star Trek Online

Sur ordre du Docteur

Par Shalenak | lun. 04 nov. 2019 09:00:00 PST

Paul Stamets franchit les portes automatiques et entra dans la pénombre du Corridor Seven, un bar tapageur connu pour être relativement anonyme et suffisamment bruyant pour permettre d'avoir une conversation privée dans un lieu public. Il fit un pas de côté pour éviter un jeune enseigne de Starfleet dont le col d'uniforme était ouvert, titubant vers la sortie. De tous les bars avoisinant l'académie de San Francisco, il fallait que son nouvel ami ait choisi de le retrouver dans celui-là.

Paul ajusta nerveusement l'émetteur portable sur son épaule et scruta la salle pour trouver l'homme qu'il était venu voir. L'atmosphère, les accoutrements, les gens de cet endroit le déstabilisaient. À son époque, les choses étaient... différentes. Son monde était moins tape à l'œil et plus pragmatique. Les uniformes se déclinaient en teintes de bronze, argent ou or. Les Klingons auraient préféré mourir plutôt que d'être vus en train de se divertir dans un bar mal famé en compagnie de Tellarites. C'était déjà beaucoup à accepter, et encore, il ne s'était attelé qu'au plus « facile ».

Paul trouva l'homme qu'il cherchait attablé au fond du bar, la tête penchée et les mains serrées autour d'une pinte pleine d'un liquide transparent effervescent. Il le rejoignit et s'assit à la table. « Docteur ? » demanda-t-il. Il était certain à environ quatre-vingt pour cent que l'homme en face de lui accepterait de l'aider. Il croisa les bras en attendant la réponse.

Elle vint après une courte pause, la rendant encore plus solennelle : « Veuillez indiquer la nature de l'urgence médicale. »

Stamets leva un sourcil et s'adossa à son siège tout en réfléchissant à sa réponse. Après un court instant, l'homme leva les yeux et sourit timidement à Paul. « Je plaisantais. On dirait que le sens de l'humour n'a été inventé qu'au 24e siècle. »

Stamets plissa les paupières et observa le Docteur un moment, puis se détendit. « Je suppose que j'en avais besoin, dit-il. On m'avait prévenu que vous étiez... original. Je n'ai pas souvent eu l'occasion de rire, dernièrement. »

« Original ? Intéressant. Je me croyais plutôt "déconcertant", dit le Docteur. Un verre ? »

Paul jeta un œil à la boisson du Docteur, mais avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, il lui avait commandé quelque chose. « Ce que vous commandez n'a pas d'importance. N'importe quelle boisson fait l'affaire. Les gens ont tendance à vous laisser tranquille si vous buvez quelque chose. » L'instant d'après, un serveur posait un petit verre d'eau devant Stamets. Le Docteur sourit. « Vous êtes jeune après tout, et l'alcool, c'est pour les adultes. »

Stamets lança un coup d'œil à son verre d'eau puis à son interlocuteur. « Techniquement, je suis plus vieux que vous de quelques siècles, dit-il en poussant le verre en direction du Docteur. Respectez vos aînés. »

Le Docteur prit le verre et haussa un sourcil. « D'accord, d'accord. Je crois savoir que vous avez des questions au sujet de votre... condition ? »

Paul se pencha en avant légèrement et dit à voix basse : « J'ai des tas de questions. Qui suis-je ? Que suis-je censé faire ? Comment puis-je vivre dans cette époque ? Est-ce que j'existe vraiment ? »

Le Docteur étendit le bras et lui administra une claque. Stamets recula, se toucha la joue, et regarda à nouveau le Docteur, surpris et furieux.

Le Docteur hocha la tête et haussa les épaules. « Je vous confirme que vous existez. Quant au reste, C'est à vous de décider. »

Un serveur s'arrêta pour leur demander s'il leur fallait quelque chose. Le Docteur secoua la tête et porta à nouveau son regard sur Paul. « Je me suis renseigné sur vous. Vous avez été reconnu comme étant une forme de vie dotée de conscience. Vous pouvez faire comme bon vous semble. Starfleet préférerait que vous continuiez vos recherches, mais vous pourriez tout aussi bien tout laisser tomber pour aller batifoler dans le quadrant alpha si vous le désirez. Bien que, si vous voulez mon avis, on surestime l'intérêt de batifoler dans l'espace. »

Stamets inspira, réfléchit un moment, et pencha la tête sur le côté. « De tous les lieux possibles, pourquoi m'avez-vous donné rendez-vous ici ? »

« Parce que lorsque l'on m'a... appelé, je n'étais qu'une simple collection de connaissances médicales et de techniques chirurgicales. C'est le fait de côtoyer des gens qui m'a poussé à m'adapter et à devenir... meilleur. » Les yeux du Docteur semblaient sonder le visage de Stamets. « Je voulais que vous voyiez par vous-même qu'il n'y a aucune raison que vous ne puissiez pas faire partie de tout ceci. » Il fit un geste en direction de l'assemblé.

« J'entends bien, dit Paul, mais c'est difficile à accepter. Je suis un ingénieur, je sais ce qui se trouve à l'intérieur de ces émetteurs. » Il tapota son épaule. « Je sais exactement comment fonctionnent les hologrammes. Je connais la technologie qui me permet d'être présent en cet instant. »

Le Docteur se pencha en avant. « C'est ce que vous pensez ? Vraiment ? J'ai rencontré de nombreux être photoniques au fil des ans, et aucun d'entre eux n'était identique à vous. Il m'a fallu des mois de "Veuillez indiquer la nature de l'urgence médicale" avant que je n'arrive à me poser les mêmes questions que celles que vous venez de poser. Je ne sais pas quels événements vous ont permis d'atteindre cet état, mais en tant qu'homme de science, je peux vous dire avec certitude qu'il y a davantage que la science à prendre en considération. »

Paul observa son verre et le prit nonchalamment entre ses doigts. « J'ai l'impression d'être un androïde. Ou une simulation. » Il réfléchit un moment. « J'ai une fonction, et j'ai été conçu pour cette fonction uniquement ; faire quoi que ce soit d'autre serait une entorse à ce pourquoi j'existe. »

Le Docteur acquiesça. « Vous n'êtes pas le premier être photonique à ressentir cela. Vous êtes une forme de vie consciente. Personne ne peut vous dire ce pour quoi vous êtes fait. Accédez aux souvenirs que vous avez acquis mystérieusement. Ils sont à vous. Je dirai même qu'ils sont vous. Pensez à ce que vous aimez. Pensez à ce qui fait de vous un être humain.

Stamets ferma les yeux un moment, puis repoussa le verre. « Hugh. Hugh est celui que j'aime. Hugh est celui qui a fait de moi un être humain. Sans lui, je ne suis que... photons, énergie, et savoir. Je n'ai aucune raison d'être davantage que cela. »

« Balivernes », dit le Docteur en mettant le verre de Paul de côté. « Vous étiez doté de conscience avant de rencontrer Hugh, et vous serez toujours un être conscient bien longtemps après ce moment. Il y a de grandes chances pour que vous soyez immortel, vous savez. Alors je vous suggère de prendre un peu de temps pour faire le deuil de vos relations passées et d'en forger de nouvelles. Ou bien la vie qui vous attend va vous sembler bien longue, voire interminable. »

Paul fixa le Docteur du regard, voulant plus que tout au monde lui envoyer son verre dans la figure, ou plutôt à travers cette tête immatérielle qui semblait si contente d'elle. Le moment passa cependant, et il prit sa tête entre ses mains.

« Moi qui pensais que mes relations avec mes patients s'étaient améliorées avec le temps », dit le Docteur avec un léger sourire.

Stamets leva les yeux vers lui et secoua la tête. « Non, vous avez raison. Seulement, c'est difficile. »

Il acquiesça en réponse. « Personne n'a dit qu'avoir une conscience était une chose aisée. »

Ils restèrent à la table encore un moment, discutant d'abord de la logistique des voyages interplanétaires pour les êtres photoniques, puis débattant de l'importance de l'ingénierie et de la médecine, et finalement, partageant leurs aventures et périls respectifs dans les contrées les plus reculées de l'espace. Chacun réagissait avec émerveillement aux accomplissements de l'autre tout en gardant une certaine forme d'humilité face aux leurs. Tandis que leurs verres restaient suspicieusement pleins, les heures s'égrenaient, se muant en une conversation des plus agréables.

Stamets s'adossa à son siège et sourit au Docteur. « Merci de m'avoir écouté. Ça a été un véritable plaisir de m'entretenir avec quelqu'un qui me comprend. »

Le Docteur recula sa chaise pour se lever. « Vous n'avez pas besoin de moi, Paul. La seule différence entre vous et quiconque se trouve dans cet endroit est le petit appareil truffé de technologie sur votre épaule. » Il esquissa un sourire. « Ça et une puissance de calcul incomparable. Ou peut-être n'aviez-vous pas remarqué que vous aviez un ordinateur à la place du cerveau ? »

Stamets rit et se leva à son tour. Il lui tendit la main pour qu'il la serre. « Cela me ferait énormément plaisir de vous revoir. »

Le Docteur grimaça en voyant la main de Stamets, puis la serra vigoureusement. « Vous n'êtes plus obligé de faire ce genre de choses, dit-il. Vous n'avez pas besoin de reproduire cette coutume peu hygiénique que les humains utilisent pour se saluer. »

Stamets sourit. « Je pense que je vais continuer à le faire pour le moment », dit-il en regardant le Docteur se diriger vers la sortie. Il observa les deux verres remplis sur la table puis prit lui aussi la direction de la sortie.

Tandis qu'il franchissait la porte, un employé des docks andorien fit un pas de côté pour le laisser passer. Paul Stamets sourit à l'homme, hocha la tête et se mit en marche vers une destination qu'il ignorait encore.

 

star-trek-online, sto-news, sto-launcher,

Les plus récentes Voir plus

Consultez nos notes de mise à jour pour connaître les derniers changements apportés à Star Trek Online.
Lire la suite
Consultez nos notes de mise à jour pour connaître les derniers changements apportés à Star Trek Online.
Lire la suite
À partir du 12 novembre, de nouveaux Strike Wing Escorts seront disponibles dans le C-Store.
Lire la suite

hover media query supported