Afin d'améliorer votre expérience de navigation, ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur Arc Games, vous consentez à utiliser nos cookies. Obtenir plus d'informations Supprimer
Votre navigateur n'est pas supporté. Certaines fonctionnalités peuvent ne pas fonctionner correctement. Veuillez consulter la liste des navigateurs supportés pour une expérience optimale. Supprimer

Star Trek Online

La renaissance d'un guerrier

Par Nevandon
jeu. 10 août 2017 09:00:00 PDT

« Commandant Adet’pa, lança le docteur Oskar Mazur avec un sourire victorieux en émergeant du bloc opératoire. Vous serez heureuse d'apprendre que la procédure s'est déroulée avec succès. La mémoire de votre capitaine a été rétablie et... »

La Klingone chauve, grande guerrière au visage aigu, leva la main en guise de réponse. « Silence. Pas un geste, docteur. Je vais appeler le lieutenant du capitaine et son frère. Cela les intéresse également. » Puis, sous le regard quelque peu étonné de Mazur, Adet’pa activa son communicateur et déclara d'un ton laconique :

« Commandant B’irja.  C'est fait. Le docteur est prêt à faire son rapport. Informez-en l'ambassadeur, je vous prie. Adet’pa, terminé. »

« Des ennuis sur le Kor ? demanda Mazur en s'asseyant en face de l'officier de sécurité. J'ai entendu dire que la santé du capitaine et ses capacités de commandement avaient suscité une certaine confusion. »

« Rien de bien grave, docteur, répondit Adet'pa avec suffisance. Comme il s'agit d'une affaire de famille, le commandant B’irja et l'ambassadeur ont estimé que cela les concernait directement. Par conséquent, je suis là pour protéger le capitaine pendant qu'ils remettent de l'ordre dans les rangs. »

« Je vois. Ceci dit, nous sommes à Starfleet Medical, au cœur de la Fédération, répondit le docteur. Un garde du corps n'est vraiment pas nécessaire ici. »

« La plupart du temps, non. Cependant, vous savez comme moi que les Klingons peuvent être audacieux, peu importe où ils se trouvent. »

« Il paraît, oui, répondit Mazur. Bien. Ah, l'ambassadeur m'a dit que vous aviez un surnom plutôt impressionnant, commandant. Je crois pouvoir dire que c'est la première fois que je rencontre une sorcière klingone. »

« Ah, oui. C'est un titre presque aussi impressionnant que "docteur", ne trouvez-vous pas ? J'imagine cependant qu'il suscite plus d'inquiétude dans les cœurs des jeunes beqpu’ influençables. »

« On voit que vous n'avez jamais eu à faire aux jeunes officiers de Starfleet qui feraient tout pour éviter leur visite annuelle, rétorqua Oskar avec un grand sourire. Vous sauriez que le mot "docteur" est bel est bien inquiétant. Je pense que certains envisageraient très sérieusement de se téléporter au centre d'une planète pour éviter la procédure. »

« Je vois, répondit Adet'pa avec un sourire. Et comment les incitez-vous à suivre les ordres ? »

« Eh bien, dit le docteur sur le ton du secret, en général nous ne sortons les bâtons de douleur que lorsqu'ils sont particulièrement obstinés. » Avant que la Klingone, visiblement amusée, ne réponde, le bourdonnement de deux personnes se téléportant dans la salle d'attente se fit entendre.

« Les voici, dit Mazur en se tournant vers les nouveaux arrivants. Ambassadeur Worf, Commandant B’irja. J'ai des nouvelles pour vous... avec votre permission, commandant Adet’pa, bien entendu. » Toujours souriante, l'officier de sécurité fit un simple signe tête en guise de réponse.

« Comment va mon frère, docteur, dit l'ambassadeur Worf de façon abrupte. La procédure a-t-elle réussi ? »

« Son état est stable et oui, la procédure a été un succès total, répondit Oskar avec fierté. Mes collègues vulcains ont une expérience considérable des procédures de restauration de mémoire, en particulier le docteur Sovat. Notre consultation avec le premier chirurgien... »

« Julian Bashir. »

« C'est cela, ses connaissances sur le sujet ont fait la différence. Votre frère devrait être parfaitement rétabli d'ici peu de temps. »

« Merci docteur, dit B’irja. Subira-t-il des complications dues à la procédure ? »

« Ses souvenirs ne seront peut-être pas complètement intégrés avant un moment, répondit Mazur. Jusqu'à ce que ce soit le cas, je recommande de veiller à ce que son niveau de stress reste faible et d'éviter les conflits. »

« Compris, dit B’irja avec un soulagement non dissimulé. Il est grand temps qu'il profite d'une permission à terre et le Kor a bien besoin de réparations et d'améliorations. Il semblerait qu'il s'agisse de l'occasion idéale de faire d'une pierre deux coups. »

« Ah, si vous avez besoin de conseils, je connais de nombreux lieux de villégiature offrant un environnement peu stressant, dit Oskar. Risa, bien évidemment, est superbe à cette période de l'année et il y a toujours... »

« Quand pourra-t-il recevoir des visites, demanda Worf avant que le docteur ne se perde dans des considérations touristiques. Nous avons des... discussions de famille qui attendent. »

« Bien sûr, répondit Oskar, un peu de sérieux. La procédure cosmétique sera la suivante, afin de lui rendre ses traits. Ce ne sera pas long. Il devrait être capable de soutenir de courtes conversations dès demain matin. Je vous informerai en cas d'éventuels changements. »

« Bien sûr. Merci docteur. »

« Je vous en prie, dit Oskar. Ah, et, ambassadeur ? »

« Oui ? »

« Stress faible. Éviter les conflits. Cela a valeur d'ordonnance. »

« Compris. »

Alors que les trois Klingons se levaient pour partir, Oskar sourit et hocha la tête avec amusement. La mort, les impôts et les Klingons, certaines choses ne changent jamais.

***

« Cher frère, tu as bonne mine, dit Worf à Kurn, fils de Mogh. Cela me fait plaisir de revoir ton visage... ton vrai visage. »

Kurn se tourna vers Worf et répondit d'un hochement de tête, en s'asseyant sur le lit de convalescence. Son lieutenant B’irja s'approcha alors du lit, ainsi que Worf. Il savait que le commandant Adet’pa montait la garde à la porte de la chambre. Pour le moment, tout se passait bien.

«loDnal, dit B’irja au bout d'un moment. Nous avons beaucoup de choses à traiter et peu de temps pour le faire. Nos ennemis sont déjà en train de comploter contre nous en raison de notre rôle dans la libération du général Martok. »

« Je vois, dit Kurn avec sévérité. Laissez-les donc comploter ! Toutes ces sottises politiques me rendent las, elles se répandent dans Qo’noS comme des targ enragés. C'est bon pour les vieux conspirateurs, comme J’mpok. »

« Peut-être, dit Worf avec patience. Mais nous devons parler de notre propre Maison, Kurn... la Maison de Mogh. »

« Et donc ? Martok a dit qu'il s'assurerait que le nom de notre père et de notre Maison retrouve de sa superbe, cela fait partie des conditions auxquelles J’mpok doit se plier s'il veut éviter la guerre civile », ricana Kurn. Mais ce ne sont que des mots, Worf, en tout cas pour le moment.

« Restaurer l'honneur de notre famille ne t'intéresse pas ? »

« Mon frère, dit Kurn d'une voix posée. Bien que je sois le fils de Mogh, je dois honorer ma dette envers la Maison Noggra... tout comme tu dois honorer la tienne envers la Maison Martok. Je ne vais pas les abandonner simplement parce que Martok et J’mpok m'ont fait miroiter la promesse d'une gloire passée. »

« Noggra a beaucoup fait pour nous, Worf, dit B’irja. Notre famille a bénéficié de l'honneur, de la force et de la protection de sa Maison. Nous sommes fiers d'être à ses côtés et lui aux nôtres... même maintenant que la vérité sur l'identité de Kurn a éclaté. »

« C'est toi le frère aîné, Worf, dit Kurn. Si un jour les mots de Martok se concrétisent et que la maison de notre père est réhabilitée, c'est à toi qu'il incombera de la diriger. Je ne le contesterai pas. Et si tes ennemis se faisaient menaçants, je répondrai à l'appel. »

« Fort bien, répondit Worf. Que vas-tu donc faire maintenant ? »

Kurn échangea un regard avec B’irja avant de se tourner vers Worf, un air de légère contrariété traversant sur son visage fraîchement restauré.

« J'ai cru comprendre que je devais passer ma permission à terre dans un endroit... agréable pendant que mon vaisseau reçoit réparations et améliorations. » Worf comprit au hochement de tête strict de B’irja qu'il n'était pas nécessaire d'en dire plus.

« Et après cela ? »

« Le quadrant Alpha. Les Tzenkethis ont dépassé les bornes et l'Alliance souhaite mettre un terme à leur folie. Ils auront besoin de tous les guerriers expérimentés pour combattre les Tzenkethis. Je me suis porté volontaire. »

« Et qu'en est-il de ta famille, de tes filles ? »

« Elles nous rejoindront... peut-être sur Deep Space Nine. Je pense que me famille ne serait pas contre l'idée de mettre un peu de distance entre nous et Qo’noS pour le moment. »

« Je ferai tout mon possible pour te tenir au courant des affaires politiques, dit Worf en fronçant légèrement les sourcils. B’irja a raison lorsqu'elle évoque les ennemis qui complotent contre nous. Les choses sur Qo'noS vont être... intéressantes dans les mois à venir. »

« Combats avec honneur, Worf, répondit Kurn. Comme tu l'as toujours fait, et comme tu le feras toujours. »

« Toi aussi, mon frère. Tous les deux. »

Adet’pa entra dans la chambre. « Capitaine, le docteur humain est là. Il souhaite vous examiner et vérifier votre niveau de stress. »

Kurn éclata de rire. « Faites-le entrer, commandant. Ma famille et moi-même avons tout le temps de reprendre cette conversation plus tard. » Même si le temps d'un guerrier aux puissants ennemis est précieux, pensa-t-il alors que Mazur entrait dans la chambre, aucun Klingon ne pourrait rêver de plus.

 

Paul Reed
Content Writer
Star Trek Online

 

sto-news, sto-launcher, star-trek-online,

Les plus récentes Voir plus

En terminant ce projet, vous replacerez le sol du rez-de-chaussée de la colonie par un plancher en verre, et pourrez ainsi admirer les coraux se trouvant dessous.
Lire la suite
Les uniformes de Star Trek Discovery et la navette de type 7 retourner au PC!
Lire la suite
La récompense de cette semaine est le Preeminent Deflector.
Lire la suite

hover media query supported